vendredi 15 janvier 2016

La vie pas à pas 2016 #2

Vendredi 8 Janvier
Débordée de boulot, comme d'habitude tout tombe en même temps. En sortant je me perds en allant au magasin de musique pour ma platine vinyle, je fini par me dire que je vais arriver après la fermeture mais c'est in-extremis. Dedans, c'est cool y en a plein, et cool y en a une dans la marque conseillée par mon collègue qui s'y connait qui est réduit de 200 euros, vive les soldes. Le plus compliqué c'est de se faire servir, les vendeurs sont tous au téléphone. Au final j'aurai celle-là mais comme c'est un modèle d'exposition il faut la remettre en forme avec tous ses accessoires, donc ce sera pour la semaine prochaine. Pas grave, j'ai hâte mais je peux attendre. En rentrant je me met en cuisine pour le Winter cookbook challenge (le fameux plat indien). C'est bien plus long à cuire que dit sur la recette et du coup lorsqu’à 22h c'est enfin prêt, nous sommes prêts a nous endormir dans nos assiettes, heureusement que c'est bon. Le coucher est donc tôt, j'avais deux propositions de soirées mais je sens que j'ai bien fait de décliner, le préférence à la couette.

Samedi 9 janvier
Le réveil qui sonne un samedi c'est pas humain. Le gynéco est prêt à me poser un stérilet même si je n'ai pas eu d'enfant. Il me le déconseille (contraction, infection, moins de protection) mais ne me demande pas mes raisons et lance la procédure, par contre il faut faire un examen et prendre des cachet donc ça va prendre un peu de temps. Puisque je suis au centre commercial, j'entreprends une quête pour trouver une paire de basket en cuir colorées et jolies. Il semble que je demande la lune, chez les hommes, pleins de jolis modèles, chez les femmes du noir, du pailleté et des trucs qui ressemblent à des running. Au final je trouverai mon bonheur chez Go Sport, comme quoi... (et oui et ce sera des Vans, et en toile mais ça reste le seul et unique modèle sympas que j'ai vu alors...). Je tente de passer à Primark pour trouver de quoi compléter mon costume pour le X mais c'est tellement blindé qu'il est impossible de circuler sans bousculer 3 personnes à chaque pas, direction la sortie pour éviter la crise d'angoisse. Un petit tour à la Fnac pour trouver un cadeau, je ressors bien sur avec des trucs pour nous aussi.
L’après-midi sera consacré à la paperasserie et au rangement, un bonheur toujours renouvelé. Ce soir on a un ami et sa nouvelle copine au diner. J'ai fait ma feignasse et c'est le four qui fait la cuisine (palette à la diable, pommes de terres, haricots verts). On parle pas mal de leur gros projet, l'idée d'un village auto-géré, éco-responsable et totalement autonome, si l'idée est du genre à m'enthousiasmer je suis plus dubitative sur sa réalisation (l’État donne vraiment de grosses subventions sur ce genre de projet ?). En outre j'ai du mal a projeter mentalement dans un projet dont le nerf est l'éco-responsabilité quelqu'un qui roule en 4x4, vente les mérites de la nespresso et n'envisage pas de concocter un seul repas sans viande. Peut-être que je deviens intolérante avec l'âge mais ça m'agace de plus en plus quand les discours idéologiques ne s'accompagnent pas d'une attitude adaptée dans la vie de tous les jours. Enfin on ne va pas râler parce que les gens font des projets chouettes, l'avenir nous dira bien assez si ça fonctionne. Il est tard une nouvelle fois quand on s’endort.

Dimanche 8 janvier
Aujourd'hui c'est journée à part, monMari passe sa journée en partie de donjons&dragons, moi je reçois les membres de la compagnie médiévale pour un atelier couture. Pas vraiment de couture pour de vrai (à 15 dans mon appartement c'est plutôt serré) mais une discussion pour mettre en place précisément à quoi doivent ressembler les costumes de chacun. Historiciser un peu tout le monde de façon cohérente et essayer de représenter au mieux la diversité de la mode de l’époque (aux alentours de 1250) en effet si on a l'avantage d'avoir une silhouette globale commune aux hommes et aux femmes (du large, du pli !), le diable (ou plutôt la cohérence historique) se niche dans les détails (coiffures, encolures, accessoires) et l'avantage d’être 25/30, c'est quand même de pouvoir présenter différentes choses à ce niveau, que chacun ai, dans son costume, son petit truc personnel en plus. Cela signifie donc de penser les costumes de la compagnie en globalité et non pas sur le tas comme cela se fait la plupart du temps à coup de "oh tu as fait ça, c'est joli je vais faire pareil" parce que si le "ça" en question est une occurrence très rare dans les sources et qu'on est 10 à le reproduire, outre le fait que l'on risque de s’éloigner de plus en plus de la source au fur et à mesure des reproductions, on ne sera de toute manière plus trop représentatifs.
Bref c'est passionnant comme sujet quand on s'y plonge et l'après-midi passe en un éclair. Mais c'est un sacré brouhaha et quand la maison se vide, je suis vidée moi aussi.
Du coup je fais ma feignasse en cuisine en réchauffant le reste du "repas indien" et, après un peu de vraie couture (parce que maintenant que j'ai sorti mes monceaux de tissus pour les montrer je me rends compte que vraiment, j'ai du pain sur la planche), on fini la soirée devant les courts métrages de chez Pixar, qui sont bien bien cool quand même.

Lundi 9 janvier
Je me lève plus tôt que mon heure pour aller faire un tour à la sécu (conséquence des paperasseries d'hier). Et surtout pour accompagner a sa prise de sang ma vielliste chérie qui a peur des piqures. En sortant du métro j'apprends que David Bowie est mort, d'un commun accords nous pensons que puisque Jonnhy Hallyday (pour prendre un exemple au hasard) a 4 ans de plus, la mort aurait quand même pu faire les choses dans l'ordre.

 
Puisqu'on est de concert sous peu (le 19 janvier) on envisage une reprise du monsieur, sujet à discuter à la prochaine répet. On se prend un petit dej. dans la boulangerie à coté de mon boulot et puis zou, au travail. Je passe la journée à mettre en page des piscines et des balançoires. De retour à la maison monMari est en plein repassage, je cuisine des tomates farcies avec la super recette transmise par môman, sans robot c'est quand même moins évident. Puis couture pour la compagnie médiévale, je double un chaperon pour enfant. Un peu d’écriture sur le blog et deux épisodes de Dowton Abbey et dodo.

Mardi 10 janvier
J’emmène un peu de couture à la main dans le métro, j'essaye de faire des points très serrés vu que c'est un chaperon pour enfant et qu'il risque d’être un peu malmené, c'est plus long du coup. Rien de notable au boulot, toujours des jouets à mettre en page. Un jour le client se rendra compte qu'il est contre productif d’écrire des romans pour présenter ses produits (mais pas aujourd'hui visiblement). Sur le chemin de la répèt, on parle avec ma vielliste chérie de la dépression et de l'isolement que l'on peut ressentir lorsqu'on essaye de régler un problème que les gens ne comprennent pas (et c'est pas de leur faute). La répèt se fini à cause d'un mal de gorge apparu tout d'un coup, le réparateur de clim est venu et l'a branché 1/2 heure, cela aurait-il un vague rapport ? J'ai laissé tombé l’interprétation sur la scottish et elle fonctionne bien mieux, c'est un peu vexant mais mon ego s'en remettra, l'essentiel c'est que ça sonne bien en global. Clémence me donne une recette de tisane anti-grippe pour lutter contre ce que je pense être un début de crève, je la prépare en rentrant : cannelle, clou de girofle, citron et thym, on sent bien que ça décape. Avant de se coucher on descend des trucs aux encombrant dont le meuble qui encombre le milieu de la cuisine depuis fin juillet. La pièce me parait tout à coup immense. Je m’endors avec deux gouttes d'huile essentielle de Ravintshara sur mon oreiller pour éviter de me réveiller avec le nez bouché.

Mercredi 11 janvier
Au réveil pas de nez bouché mais une barre dans la tête qui n'augure rien de bon. Je prends le reste de la tisane au lieu de mon thé du matin, et une gélule de propolis. Au boulot tout le monde est un peu dans le même état. Mes collègues sont globalement sympas mais parfois la conversation dérive sur des sujets sur lesquels je préférerai ne pas entendre leurs avis. Comme quand ça parle des immigrés, des fonctionnaires, des féministes ou des occupants de HLM par exemple. Aujourd'hui c'est le cas et je ne peux que mesurer le fossé qui nous sépare, je ne sais pas si c'est le fait que je n'ai pas la télé ou l’éducation qui a été différente mais leur manque de recul et leurs généralisations m’épuisent (oui je sais c'est pas très gentil mais 1) je suis malade, j'ai le droit, 2) ils ne lisent pas mon blog donc... 3) c'est mon blog je dis ce que je veux). En sortant du boulot je file chercher ma platine, le vendeur commence par me préconiser de la transporter à l'horizontale, oui mais ma journée n'est pas finie et je dois encore prendre le métro plusieurs fois. Finalement on scotch le plateau et le bras, on l'emballe de trois épaisseurs de papier bulle et c'est parti.


Cours de chant indien. Ma prof est en retard, on bosse sur le raaga Kàfi et je galère, non pas sur les notes qui ne sont pas difficiles à retenir (Kàfi ça correspond au dorien, je l'ai donc pas mal utilisé en jazz) mais sur les mouvements internes du raaga que je n'arrive pas à mémoriser (j'en plaque d'autres a la place). À retravailler donc. J'arrive bien en retard à l'atelier de chant et V. nous a concocté un programme long comme le bras, mais les chansons sont chouettes et dynamiques donc je ne me plaint pas. La soirée fini par une discussion sur la théorie de la relativité et son enseignement ou je m'embrouille à essayer d'expliquer ce que je garde en tête comme la relativité temporelle (mais j'ai mémorisé ça à partir d'un truc d'initiation quand j’étais enfant et si ça m'avais fasciné à l’époque, les souvenirs que j'en garde sont fragmentaires). Je me dis que j'aurai mieux fait de me taire sur ce coup la.

Jeudi 12 janvier
Je me réveille en super forme, j'ai très bien dormi et mon mal de gorge n'est plus qu'un mauvais souvenir, la tisane me semble bien efficace, il faut que je pense à noter la recette. J'essaye d'installer la platine vinyle, si j'arrive sans soucis à réinstaller le pied manquant à l'aide d'un tournevis plat je me rend par contre compte qu'il manque 10 cm de profondeur à l’étagère pour installer la bête de façon stable, y arrivera-t-on un jour ? Boulot, Alan Rickman est mort, ça va se clamer l'hécatombe de janvier 2016 ou pas ? (à toute fin utile je rappelle que Michel Delpech est mort le 2, je n'en ai pas parlé, mais j'adore Wight is white et Le loir et cher, oui c'est kitch, j'assume)


En sortant j'essaye de trouver des éléments pour mon colis du swap lumière, je trouve un truc à afwosh (je ne vous dirai pas quoi on ne sais jamais si ma swappé me lit) et j’ébauche une piste par ailleurs. Je passe à mon magasin de BD préféré et en ressort avec un volume très sympas dont l'histoire tourne autour des MMORPG (mais c'est plus subtil que noobs). Je retrouve Florine et V. au "chinois brochette" et je parle à la demoiselle du très beau dessin de tatouage que j'ai vu chez elle à sa crémaillère, comme il m’obsède depuis et vu qu'il n'est pas pris, je le réserve tout en prévenant que je ne sais pas quand je pourrais me le payer, vu que c'est une pièce qui couvre le bras de l’épaule à la main. On est deux a lui avoir réservé des motifs dans la même journée, je crois que c'est un signe pour qu'elle se lance. Veillée sympas au quiet, des arrivées tardives mais très appréciées. Une bien belle complainte maritime. Deux arrivants extérieurs de fin de soirée dont un insiste lourdement sur "mais est-ce qu'on accepte les gens comme nous ?". Au bout de 15 bonnes minutes on croit comprendre que c'est qu'il a fait de la prison, par contre on arrivera pas a lui faire intégrer que ici, tant que tu pourri pas l'ambiance, on s'en fout du reste. J'ai enfin fini l'ourlet du chaperon, j'essayerai sans doute une méthode différente sur le suivant en espérant que ce sera un peu moins lent.

4 commentaires:

shermane a dit…

Toi aussi, le stérilet. Avec ou sans hormones, si ce n’est pas indiscret ?
Et j’espère que tout se passera bien.

Sinon, je comprends totalement pour le projet éco-responsable que sur certains aspects. Mais j’imagine qu’on n’a pas tous la même sensibilité et qu’on n’est pas calés sur tous les sujets. J’imagine effectivement la tête des résidents voyant débouler un 4x4 :D Mais bon, c’est un sujet très à la mode et si ça permet à chacun de prendre un peu plus conscience des choses, pourquoi pas...

Et bon courage pour les collègues (perso, je suis d’accord avec mes propres opinions politiques et j’en suis ravie, vive le boulot à la maison).

Kleo a dit…

Alors, au final, elle fonctionne bien, cette platine ?
Afwosh, c'est l'antre du mal :D

ioionette a dit…

@ Shermane : pour le sterilet, sans, le but c'est justement de supprimer les hormones artificielles de mon organisme. En ce qui concerne le boulot chez soi, je crois que je ne pourrais pas, je préfère encore supporter les gens les quelques fois où c'est dur que fondre mon lieu de travail et mon lieu de vie. Mais pour le coup, c'est chacun son fonctionnement :-)

@Kléo : suite au prochain épisode....
Et pour Afwosh, vu que je n'ai rien pris pour moi, je vais m'en remettre ^^

Sunalee a dit…

ça a l'air bien comme magasin, Afwosh ;-)