jeudi 18 août 2016

La vie pas à pas 2016 #32

Vendredi 5 août
Difficile de se concentrer pour travailler quand les collègues ne sont pas motivés pour faire de même. J’écoute un documentaire sur le dopage et ce n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler remonte moral. De retour à la maison j'ai juste le temps de ranger assez pour la rendre praticable avant l'arrivée des premiers participants à la soirée contée (on est le premier vendredi du mois). Malgré la date (début août en général il y a du monde en vacances), nous sommes plus nombreux que la fois précédente. Je pense qu'on n'est d'ailleurs pas loin de nos capacité d’accueil maximale pour que la soirée conserve la bonne dose de concentration sur les récits. Beaucoup de contes plutôt comiques aujourd'hui. Comme les deux fois précédentes je passe une excellente soirée (et j'aurais plein de vaisselle demain matin).

Samedi 6 août
J’émerge doucement à 10h30 pour un départ direction le Sud de l'Essonne dans 1h30. Ça pourrait paraitre large mais ça ne l'est pas pour un samedi matin. Du coup je n'ai pas le temps de me lancer dans la vaisselle avant de partir, dommage. Jour de pas de chance, je rate ma première correspondance à 1 minute prés, ce qui me fait rater ma seconde à 5 minutes et me met finalement une demi-heure de retard par rapport à mes prévisions. Mon gentil monMari m'attend à la gare, pour m'éviter de faire la remontée à pied. Notre mission du jour c'est d'aérer la maison de mes beaux-parents pendant leur séjour au Portugal, on ouvre donc portes et fenêtres avant de se mettre à la cuisine. Je dois aussi faire une tarte au thon pour ce soir et je me paume dans Bruyère-le-châtel (c'est pourtant pas bien grand) en allant chercher les quelques ingrédients qui me manquent. Pendant que ça cuit on regarde Zootopia, que l'on voulait justement voir depuis un moment (et c'est très chouette). Puis il est temps de refermer fenêtres et volets (et portes) pour prendre la direction d'Antony et aller inaugurer le nouveau, et très temporaire logement de L&P. L'appart est sympa et la soirée également (on y retrouve une bonne partie des gens présents hier à la soirée contes). Des discussions et quelques chansons à la demande des deux jeunes demoiselles présentes (pour fidéliser son public, il faut s'y prendre tôt, par conséquent les plus grandes fans des Conteuses de pas ont moins de 3 ans). Résultat il est deux heures du matin quand on se dit qu'on va peut être rentrer quand même. C'est pas grave demain il n'y a pas de réveil.

Dimanche 7 août
Pas de réveil mais un coup de fil à 9h45. Ouille. Comme je ne peux pas cacher ma voix ensommeillée, mon interlocutrice a pitié de mon sommeil. Je me rendors donc et rappelle 2h plus tard. Un coup de fil donc pour mettre en place des détails pour le mariage de la semaine prochaine. Après ça je bosse un peu dans la maison, je fais un peu de couture (une chemise tachée de monMari qui passe de manche longues à manches courtes (oui quand j’élimine les taches je suis radicale). Et il est deja temps de partir pour Montigny-sur-Loing. Il fait beau et la ville est super jolie (mais j'ai oublié mon appareil photo, il faudra me croire sur parole). Flo vient nous chercher puis on visite un gîte ou elle pense organiser des stages de chant et on passe une bonne heure dans le jardin à boire le thé en discutant musique et peinture. Je trouve peut être une date pour les Conteuses de pas (comme quoi). Ensuite direction les écuries. Je fais connaissance avec Bagdad, le nouveau cheval dont ils ont la garde. On passe chercher des pizza pour ajouter à la grande salade que j'ai faite et on va à la plage (comprenez une belle étendue d'herbe en face de la ville sur le bord du Loing) pour pique-niquer. L'endroit est superbe et très agréable si ce n'est que l'on y est attaqué par un nombre de moustiques impressionnant. En 10 minutes je récolte au moins autant de piqures, et j’écrase presque autant de bestioles. Flo fini par aller chercher le produit répulsif et je fini la soirée moins piquée (mais je pue). Après une petite tisane dans leur chez-eux, il est temps de se rentrer, je n'ai pas le courage de me passer à la douche, tant pis, au moins je ne serai pas piquée cette nuit.

Lundi 8 août
Pas de travail sur mon client principal, mais il reste toujours trop de boulot sur les clients des autres donc je ne risque pas de m'ennuyer. Après le boulot je rentre avec un tas de truc à faire à la maison. Je commence par de la calligraphie (pour mon animation pour le mariage). Je m'en sors pas mal mais je ne me rappelais pas que c’était si fatiguant (concentration oblige).



Puis lessive, cuisine (pour moi toute seule, monMari mange dehors), blog, et je fini la soirée devant Once upon a time.

Mardi 9 août

Si je regarde bien, monMari a des trucs tous les soirs et moi rien. Toute seule à la maison toute la semaine ça ne va pas le faire. Heureusement pour moi il suffit d'appeler les copines à la rescousse pour arranger ça, me voila donc avec deux cinémas de prévu. Bon pour ce soir rien mais j'ai des trucs a faire dans la maison donc ce n'est pas bien grave. Je reçoit un des vinyles de ma commande. C'est donc lui qui tournera sur la platine en arrivant pendant que je feuillette 6 mois en buvant du thé. Lessive, rangement et surtout couture, j’écluse les vêtements qui attendent depuis 6 mois que je les répare. Je fais une ratatouille. Je regarde la suite de ma série pendant que les garçons répètent. Si j’étais maligne je bloguerais pour rattraper mon retard mais je n'arrive pas à me motiver...

Mercredi 11 août
Convocation pour CE vendredi. Joie. Des menus Disney en néerlandais. Une livraison de vinyles ! Après le boulot je repasse à la maison et je suis prise d'un coup de barre qui fait que c'est compliqué de repartir dans l'autre sens. Sur les quais de seine avec les carambaleux. Un peu de ronde chanté mais ça répond mou (à part monMari mais pour lui le problème c'est la hauteur). Je suis crevée donc rentrée pas tard et, dans le lit à 23h, je m'endors presque immédiatement.

Jeudi 12 août
Maintenant qu'il a mieux poussé il s’avère que ce que je prenais pour la repousse de mon jasmin n'est qu'une mauvaise herbe. Il faudra l'arracher quand j'en aurai le courage, le jasmin lui est sans doute bel et bien mort. Rien de notable au boulot. En sortant direction Gibert pour récupérer les romans commencés de début de semaine. Après avoir enchainé La guerre n'a pas un visage de femme et Derniers témoins je vais faire une pause romance au milieu des livres de . (il me reste à lire La supplication). Ensuite je retrouve Dame Léo à la place carrée pour une soirée entre filles. Resto (grande salade + frites + cocktail Pink lady pour moi). Ensuite ça devait être ciné mais arrivé devant l'UGC des halles le prix me scandalise tellement qu'on laisse tomber (12€ la place, sérieusement ?). Et on part marcher dans le quartier. Ça se finira assez rapidement (la tyrannie de la vessie) au Puits Montorgueil rue Marie Stuart (je ne savais pas qu'une telle rue se trouve sur Paris) à coup de cocktails très bon mais redoutablement traitres. Je passe comme de juste une excellente soirée. Rentrée à la maison pas trop tard (il est minuit). Je fais la terrible erreur de vouloir lire un peu une des romance que je viens de récupérer (et je préfère ne pas vous dire à quelle heure je me couche du coup).

mardi 16 août 2016

La vie pas à pas 2016 #31

Vendredi 29 juillet
Au boulot dés 9h, ça pique. Et jusqu’à 18h. Enfin au moins on a bien avancé. La fatigue me met dans un état moral pas top. Le diner de ce soir qui s'est annulé n'aide pas. Je fais des trucs dans la maison pour me distraire, je décore mes chaussures de danse pour avoir enfin envie de les mettre (la couleur chair c'est vraiment pas mon truc, je pensais que je m'y ferai mais en fait non).


monMari me console comme il peut. Je me couche tôt en espérant que moins de fatigue aidera à moins broyer du noir.

Samedi 30 juillet
Au réveil j'ai dormi 10h et ça va effectivement mieux. Ménage, lessive, je donne un bon coup dans la maison, ce qui ne fait du mal ni à elle ni à mon moral. Je passe un moment au téléphone avec mes parents (qui regrettent qu'on ne soit pas là ce week-end). Je fais les comptes (que je n'avais pas fait depuis 3 mois -_-') et de ce coté la ça va mieux qu'a une époque. Ma-pianiste-preferée et son futur époux arrivent, les hommes partent en balade tandis que les filles répètent. Je ne les trouve pas stressés pour des gens qui se marient dans deux semaines (tant mieux pour eux). J'ai le droit à un aperçu exclusif de la robe de madame. Je sens que ça va être chouette, j'ai hâte. On mange une cote de bœuf au barbecue et j'ai réussi à faire une ratatouille qui a exactement le gout de celle de ma maman, je ne suis pas peu fière. On fini par de la glace Bertillon parce que cette année on ne se refuse rien, c'est dit ! Après diner comme il est tôt on se fait une partie de Smallword, que je gagne avec 20 points d'avance (c'est la classe ou pas ?). Et puis dodo tôt (minuit pour un samedi c'est même hyper tôt).

Dimanche 31 juillet.
Le réveil est à 10h et ce n'est pas un mal, il y a peu de cuisine à faire mais une grosse vaisselle d'hier soir avant l'arrivée de nos invités du midi. Ma belle-sœur, mon beau-frère et notre tout jeune neveux débarquent vers midi et demi. Magret de canard, purée et ratatouille (oui l’été je cuisine simple). Après le déjeuner on part faire un tour près du lac, en remontant on marche dans la fontaine (le petit est fasciné par l'eau). Ma belle-sœur à besoin de bouts de tissus et j'en ai pleins à lui donner (quand je vois ce qu'il me reste derrière j'aurai voulu lui en donner plus...) On passe une excellente après-midi de détente. Quand il partent je suis malgré tout crevée. Je me pose dans le lit devant Once upon a time et je n'en décollerai plus de la soirée (je fini la saison 2 d'une traite). Puis dodo.

Lundi 1er aout
Deux collègues sont de retour de vacances tous bronzés et ravis de leur quelques semaines loin de nous. Je les envie. Pas d'heures sup aujourd'hui, miracle. Au sortir du boulot et après quelques courses, je retrouve sœur et son love chez eux, le temps d'un tour à leur potager et d'un peu de cuisine et nous descendons sur les quais de seine pour pique niquer. On y retrouve monMari. Après le très cours dessert de fraises du jardin on se dit qu'on prendrait bien une glace et on pousse jusqu’à Bercy village ou l'on trouve Amorino. Sœur prend un cornet fleur et les autres un gros pot, pour moi ce sera fraise-framboise-citron-yaourt (je suis un peu déçue par le yaourt mais les autres sont très bonnes). J'ai un gros coup de barre à 23h (mal dormi la nuit dernière). On rentre donc et je me couche dans la foulée.

Mardi 2 aout
Gestion du CE. Meyclub ou pas Meyclub. Ce coup-ci la commerciale est sympas et cool (pas agressive) ce qui rend possible le fait de reconsidérer notre choix. En milieu à battons rompu devant 1, 2, 3 verres de côte du Rhône pour moi, je fini avec la tête qui tourne. Mazurka Republica annulée pour cause de risques de pluie trop important. Retour maison. MonMari et Françoipedia sont en pleine repet et de ce que j'entends ça a déjà bien progressé. Je les laisse tranquille (sinon je ne vais pas arrêter de faire des remarques). Et j'attaque la saison 3 de Once upon a time dans mon coin. Dodo pas trop tard.

Mercredi 3 aout
Pour des raisons de temps (météorologique) je décale mon diner de ce soir à demain. Ce soir direction les quais de seine (côté Jussieu) pour une repet des Conteuses de pas, suivie d'un pique nique et de danses folk (c'est le soir de la semaine où une arène est réservée à ça, chaque danse à ses jours). Pluie par intermittence. À la 4ème petite averse on se replie sous un arbre pour pique niquer, puis on revient à l’arène. On nous laisse gentiment de la place pour pousser la chansonnette quand ça nous dit, on alterne avec d'autres parce que sans micro et en plein air, le chant ça fatigue. En fin de soirée le "prédicateur" un alcoolo apparemment habitué de ce genre de plan vient s'installer non loin de nous et nous interpelle très régulièrement, très fort et très incompréhensiblement. Devant notre manque de réaction il fini par nous balancer sur les genoux un livre puis une salade en boite pour, je suppose, attirer notre attention. Comme l'envoyer chier ne fonctionne pas, on finira par se décaler 50m plus loin. Les joies de l'espace public. En fait de rentrer tôt, embarqués, moi dans une discussion de filles et monMari dans une discussion comics-film-jeux de rôle, nous ne quitterons les quais qu'a plus de minuit et demi. Un détour pour ramener ma-vielliste-chérie plus tard je n'ai accès à mon lit qu'à presque 2h du matin, je sens que demain ça va piquer.

Jeudi 4 aout
En arrivant au boulot j'apprends qu'aujourd'hui on prend des photos pour le trombinoscope de la boite. Je porte mon t-shirt Totoro, j'ai des cernes et le teint brouillé. Je suis donc ravie. J'emprunte du maquillage à ma voisine de bureau. C'est un peu mieux mais j'ai quand même l'air d'une ado de 15 ans qui a fait la nouba la nuit dernière sur le rendu final. Après le boulot je passe chez ma-vielliste-chérie qui est partie en Berrichonie pour récupérer les clefs de V&V et un embout pour mon percing qui n'en a plus. Après moultes tâtonnement j'arrive à visser celui-ci (et j'ai l'oreille toute rouge). Je feuillettes des BD chez elle et je traine un peu puis direction Saint-Ouen pour voir la copine lyriqueuse. Je suis sensée ramener du fromage et comme le fromager que je comptais dévaliser est fermé pour le mois ce sera du Monoprix (mais il y a quand même pas mal de choix). Je découvre son nouvel appartement et on papote. Comme quoi il n'y a eu aucune comédie musicale correcte en France depuis Starmania, que le milieu c'est tout pourri, d’où est-ce qu'il faut placer les notes pour faire danser bref. C'est cool. Ça l'es toujours quand monMari vient nous rejoindre bien sûr, celui-ci étant tout content vu qu'on écoute du classique. A 1h du matin on décide enfin de se rentrer non sans s’être pris rendez-vous pour aller voir Florence Foster-Jenkins ensemble pendant qu'il passe encore.

lundi 8 août 2016

La vie pas à pas 2016 #30

Vendredi 22 juillet
Réveil pas évident. Le chat ne va pas mieux. J'aide monMari à la mettre en boite et direction le veto pour Pristy-cat pendant que je pars au travail. Réunion de CE bizarre. Comme toutes les réunions depuis que je suis élue je soumet des problèmes pour m'entendre répondre qu'ils n’existent pas. Je ne sais pas si c'est comme ça dans les autres entreprises mais dans la mienne j'ai vraiment l'impression d'avoir un rôle vain. Le vétérinaire diagnostique une intoxication, antibiotiques, anti-fièvre et pansement gastrique. Je stress un peu toute la journée en ne sachant pas si je vais pouvoir finir à l'heure (c'est que j'ai un train derrière). La gare de Bercy est blindée de monde, c'est impressionnant, mais le train lui n'est pas si plein que ça. Je m’achète un sandwich en gare. Coup de barre dans le train mais je n'arrive quand même pas à dormir. Arrivée à Moulins-sur-Allier sous un début de pluie de mauvaise augure. Clémence me récupère en voiture et direction Gennetines. Arrivées dans le village, impossible de repérer les panneaux indicatifs du festival, heureusement on capte internet et il y a des indications sur le site. Une fois dans la bonne direction il n'y a plus qu'a suivre les panneaux. Arrivée au camping vers 21h. Le temps de trouver la très grande tente de notre hôte Coralie, de décharger nos affaires, de faire notre inscription au festival, nous arrivons finalement sur les parquets à 22h bien sonnées. 8 Parquets c'est beaucoup mais quand on ne sais pas danser de danses grecques, cajun, truques ou italienne et en mettant de côté le parquet 2 qui ne compte pas vu qu'il n’abrite pas de concert ça se réduit a un nombre déjà plus raisonnable. Je fais un madison dans le parquet cajun (pas tout à fait similaire à celui que je connais) mais même si ça m’intéresse musicalement (la manière de chanter particulière vaut à elle seule qu'on s'y attarde) je ne peux pas danser plus que ça et fini par migrer ailleurs. Je papillonne de parquets en parquets pour finir aux Yeux de Lilas (musique délicate, confortable et dynamique) qui, si ce n'est pas une découverte, reste une valeur sure. Les changements de plateaux étant plus ou moins simultanés, on se retrouve sans possibilité de danse pendant une bonne demi-heure, le temps de prendre une glace pousse-pousse citron (oh le retour en enfance !) En écoutant La Base duo boeufer (tu sens les mecs qui n'en ont jamais marre de faire de la musique). Pour la suite de la soirée je ne connais aucun des groupes ce qui rend difficile de faire un choix sur le papier, je vais donc faire trainer mon oreille sur les parquets et fini par me fixer a Shillelagh qui offre un bal folk sympathique avec quelques rondes (rond d'Argenton power !) et du chant de temps en temps. A 3h du matin je n'ai pas particulièrement envie d'aller me coucher. Le boeuf démarre lentement. Je fais quelques danses mais c'est un peu mou pour mon état d’esprit actuel et je ne tarde pas trop à aller me coucher (demain est un autre jour et il est deja 4h30 mine de rien).

Samedi 23 juillet
Je me réveille doucement vers 10h. On petit déjeune en discutant on a du monde qui passe, s’arrête et discute, repart, reviens. On chante des machins (oui bon le camping est sensé être interdit à la musique, mais vous ne direz rien, je compte sur vous...) On fait fuir un marin de passage (ceci n'est pas une blague, le gars et bien marin, et il est bien passé à la tente) en parlant de contraception non hormonale (ah bah oui quand il n'y a que des filles on fini par parler de vagin souvent). Clémence et moi on va faire la vaisselle en chantant (et on a le droit à quelques applaudissements qui font plaisir même si ce n’était pas le but). A 15h le programme annonce bal chanté donc on ne va pas rater ça. Sauf que le programme se trompe, il s'agit en fait d'un groupe qui a deja joué hier soir (et qui ne m'a pas fait trop forte impression donc je passe mon tour). Je me retrouve donc au stage de danse tchèques. Le défaut des festivals c'est souvent d'y apprendre des danses qui seront derrière très peu souvent dansées et que donc on finira par oublier. Mais même si je ne redanserai sans doute jamais de danses tchèques, elles offrent l'avantage d’être suffisamment simple à apprendre pour que l'on en profite pendant qu'on les apprend (et puis c'est Baf.nu qui fait la musique en même temps...). De 17 à 19h il n'y a plus que des stages en possibilité et même si quelques uns me font envie je préfère me réserver pour danser jusqu’à pas d'heure cette nuit. C'est donc plus discussions allongés sur l'herbe qu'autre chose. Retour au campement pour diner puis c'est enfin l'heure des bals. Sans surprise La Base duo met le feu au parquet et Baf.nu est au top, si sur le premier je ne fais pas toute les danses (mon Congo de Captieux est bien trop rouillé), je n'en rate pas une du second et je ne me sens même pas fatigué quand ça s’arrête. Derrière le boeuf démarre tout de suite et est bien plus dynamique qu'hier, lorsque le ciel éclaircit c'est qu'il est temps d'aller dormir, surtout si je veux me lever pour un stage demain matin.

Dimanche 24 juillet
Réveillée par la chaleur qui monte dans la tente je petit-déjeune rapidement pour ne pas être trop en retard au stage du matin. Parce que oui le stage qui m’intéresse le plus il est le dimanche à 10h30 sinon ce n'est pas drôle. Ce sera rondes chantés et je ne regrette pas de m’être levée, chanter et danser des danses simples délasse mes muscles et détend mon corps, c'est juste parfait à l'orée d'une journée de danse et de voiture. J'en profite pour réapprendre le rond de Sautron que j'ai toujours dansé "sur le tas". Je retourne au camping pour déjeuner. A la discussion des mérites comparés des danses sur lesquelles draguer c'est la bourrée trois temps qui gagne la palme. Par d'orgasme entendu ce matin sur le camping (comparativement aux 3 comptés par Clémence hier à l'aube). Je retourne sur le festoche pour une moisson de CD (qui n'ont rien à voir avec les groupes entendu dans le festival cela dit).


J'en profite pour faire de la pub pour les Conteuses de pas. Un petit tour au bal de l’après-midi qui réveille malheureusement mon mal de dos découvert hier soir, et il est déja l'heure de partir. On charge la voiture et roule. Contrairement à la semaine dernière, aucun bouchon ne vient perturber notre périple et Clémence et l'homme-aux-multiples-surnoms me déposent chez mes beaux-parents vers 21h15. Le temps de manger un peu de faisan et je m’écroule de fatigue. Rentrer maison. Un câlin au chat qui a recouvré la forme et dodo.

Lundi 25 juillet
Là c'est dur de se lever. Mais au moins il y a plein de boulot donc je sais pourquoi. Au sortir je chope deux bouteilles de cidre et direction chez Clémence pour un cercle de femme. C'est le premier de L. qui, si elle doute du principe, veut tenter le coup. Entendre chacun parler des angoisses des autres, parler des siennes et se sentir soulager de ne pas s'y trouver si seule. Je me dis que j'ai vraiment des problèmes de riches (pas dans le sens pécuniaire, mais sentimental). Au tirage de carte je tombe complétement à coté de la plaque avec une carte me proposant de développer mon imaginaire (heu, je crois que ça va de ce coté là...) monMari et l'homme-aux-multiples-surnom se joignent à nous pour diner. On rentre pas trop tard (c'est que j'ai du sommeil à rattraper).

Mardi 26 juillet
Décidément il est dit que je ne ferai rien d'autre que sauter dans mes vêtements au dernier moment cette semaine. Rendez-vous à la banque pour faire un remboursement anticipé du prêt immobilier, une demi-heure d'attente pour mon rendez-vous donc une demi-heure de retard au boulot derrière. J'en profite pour leur apprendre que l'on fait racheter notre prêt ailleurs, notre conseillère s'excuse de n'avoir pas été plus performante et on ne se quitte pas en mauvais termes. Après le boulot je file a la répet des Conteuses de pas. Au programme du jour, débrouillage et prononciation de l'occitan gascon, c'est pas super évident (mais c'est toujours un plaisir de commencer un nouveau morceau). À la demande express de ma-vielliste-chérie on ne fini pas trop tard et on prend ensuite la direction de la place de la République pour la mazurka républica. Le rendu sonore est bien meilleur que la dernière fois que je suis venue et ce n'est pas trop une galère d'entendre la musique (bon après quand un des deux instruments est une bombarde ça peut aider). Le Kost ar c'hoad en talon c'est un exercice de style. Je danse en bonne quantité et avec grand plaisir. Je ne rentre pas trop tard.

Mercredi 27 juillet
Aujourd'hui non plus pas de vrai petit dej. Ça y est on croule sous le boulot pour de vrai, et dire que dans 2 semaines on ne sera plus que 2 (au lieu de 3). Je ne sais pas trop comment on va s'en sortir. Après le boulot direction chez Sœur pour le diner. Après une petite bière on passe au potager pour prendre une salade et on en profite pour arroser et désherber un peu. Ils ont du liseron qui envahi leur potager c'est une horreur, j'en arrache le plus possible mais à moins de tout retourner il n'y aura pas de miracle. Des wrap et du sorbet à la fraise. Miam. On projette un pique nique la semaine prochaine ensemble. Puis c'est l'heure de rentrer. Dodo.

Jeudi 28 juillet
Tellement de boulot au boulot que je n'en sors qu'à 19h (9h de suite youhou !). Je fais le chemin vers le quiet avec ma-vielliste-chérie. Nous nous arrêtons manger au Tata burger où je prend une salade car je n'ai pas envie d'un truc trop lourd (enfin vu la tête de la salade, c'est une réussite toute relative) et un smoothie fraise. Puis direction Quiet, dernière session chant avant la fermeture annuelle du bar. Comme tout le monde ou presque est en vacances les gens restent jusqu’à tard alors que depuis 23h je baille a m'en décrocher la mâchoire. monMari me ramène au lit en essayant de me consoler (quand je suis trop fatiguée je déprime) sans grand succès malheureusement.

dimanche 31 juillet 2016

La vie pas à pas 2016 #29

Vendredi 15 juillet
80 Morts, dont sans doute de nombreux enfants. Pas un banal accident de voiture donc, mais bien un taré fonçant dans la foule avec un 25 tonnes. D'habitude j’écoute la radio au boulot, mais aujourd'hui je coupe au bout d'une demi matinée car je n'en peux plus d'entendre parler de ça. 16H15 je file choper mon train. Direction Châteauroux. De la gare le bus ne peux pas me déposer pile au festival mais il peut me rapprocher, ma-vielliste-chérie viendra me chercher à La Châtre, la ville la plus proche. J'arrive donc vers 20h30 sur le site du festival, le temps de poser les affaires à la tente et vu la chaleur il est l'heure de se boire une bière à la buvette. La nuit qui tombe tard est trompeuse, j'ai l'impression qu'il est 18h à peine. J'avale un sandwich saucisse et des frites, en attendant le concert, on chante du Malicorne avec des belges à la buvette. Hamon Martin Quintet est un de mes groupes préféré, et pourtant c'est la première fois que je les vois en live. C'est sensé être un concert assis mais on se trouve un endroit pour danser le rond de Loudéac sur le coté de la scène, le sol n'est pas droit et il y a des pommes de pain sous nos pieds mais c'est quand même super chouette. Une fois le concert fini j'essayerai bien de danser un peu mais le parquet principal est hyper plein de danseurs c'est impraticable. On se cherche un endroit pour chanter mais ce n'est pas évident, il y a du monde qui fait ou écoute de la musique un peu partout (incluant une énorme tablée de gens qui beuglent du Tri Yann et du Hughes Aufray centré autour de Luc Arbogast et de sa cours). Vers 3h du matin le parquet s'est suffisamment vidé pour danser et en plus c'est un de mes groupes préféré qui joue (Multidelta). Leurs longues danses-transes me font un bien fou sauf que leur set est hyper écourté afin de rattraper le retard accumulé par les autres (je suis trop triste). Derrière c'est Décibal qui joue, et comme c'est bien aussi (même si moins mon kif) je reste sur le parquet jusqu’à 5h du matin. Le ciel blanchi à l'est, il est temps de retrouver ma tente. Autour de la grande table ils ne sont plus que 5. Patrick a les doigts défoncés par sa guitare mais il joue quand même "le matou revient" avant que j'aille me coucher pour de vrai. Il ne fait pas chaud et je me glisse dans mon sac de couchage enroulée dans le pull-mouton de monMari emprunté pour l'occasion.

Samedi 16 juillet
Réveillée à 9h par les gamins de la tente d'à coté, empêchée de me rendormir par la chaleur accablante accumulée sous la tente en toile synthétique. Il faut absolument que l'on investisse dans une tente en coton, on y gagnera facile 2h de sommeil. Petit déjeuner rapide puis départ pour La Châtre avec V&V. Un verre de jus d'orange en terrasse. Un tour de la ville à la recherche de chaussures pour Wirggy. On n'en trouvera pas mais on en profite pour voir que la ville est fort jolie (et toute pleine de maisons à vendre, dont les prix sont à vous dégouter de Paris (après on est en plein Berry aussi)). Déjeuner en terrasse à l'Escargot, salade aux deux canards, moelleux de poisson et mousse au chocolat aux fraises, je sors avec l'impression que je n'aurai plus jamais faim. De retour au festival, un tour dans le marché des luthiers, même pour moi qui n'y comprends rien aux instruments de musique, c'est très chouette à voir. Tentative de réunir tous les potos pour boeufer, on y arrive + on trouve le spot idéal, et ça dure 3 morceaux avant de se faire pourrir par une bande de médiéveux torse nus qui jouent la danse de l'ours avec des grosses cornemuses et des gros tambours. Sérieusement la danse de l'ours quoi... on fini par se dispenser en échouant à trouver un nouveau spot de boeuf. C'est l'heure de la conférence de Christian Pacher, en fait de conférence plus une partie de son histoire qu'il raconte, intercalé de réflexions personnelles. Plutôt très intéressant. Sauf que les fenêtres donnent sur le parquet de danse et qu'a un moment donné commence un groupe qui me donne envie d'avoir le don d'ubiquité. Résultat je file tout de suite après la conférence pour ne pas en rater la fin. De l’extérieur c'est un tout petit chouille moins bien que ce que je pressentais à l'intérieur. La voix de la chanteuse ne trouvant pas toujours sa place. Cela dit, musicalement c'est très cool (ah la clarinette basse) et pour le coup ça ne manque pas d'originalité. On essaye des épinettes des Vosges pour ma-vielliste-chérie. Pour diner ce sera burger frite (j'ai jamais dis que la nourriture de festival était équilibrée). Ensuite on fait un petit tour à la tente pour se changer pour le soir (ça va se refroidir on le sait). Je mange un petit bout de pastèque en discutant. De retour sur le festival pour la deuxième moitié du concert du projet Shinear. Le violon chinois c'est super chouette. Quand le trio devient quintet je suis un peu moins convaincue, les percussions me semblent alourdir le rythme plutôt que de le souligner, après je chipote, ça reste de très bonne qualité. L’idée de sortir à l'entracte pour prendre une bière est assez tentante mais pas grand monde ne bouge et c'est sûr et certain que pour le prochain concert ce sera blindé. N'ayant pas mes lunettes je n'ai pas envie de me retrouver tout derrière, on se passera donc de bière. Le prochain concert est la fusion de deux de mes groupes préférés sur scène (Ciac Boum et La Machine), ça fait 7 très bons musiciens qui s’éclatent pour le plus grand plaisir de nos oreilles (dont des morceaux à trois violons). Difficile de ne pas en faire trop au niveau du son dans ce genre de configuration mais ils y arrivent tout juste. Seul petit regret, de ne pas avoir de parquet pour danser. Mais d'un autre coté pour eux c'est aussi l'occasion de chanter et jouer d'autres morceaux, de ces non dansables qu'ils ne peuvent pas sortir en bal. Derrière ça, même pas la peine de tenter le bal, c'est encore plus blindé qu'hier. On se trouve un petit endroit pour faire un cercle de chant, même si on n'est pas très nombreux et que peu d'inconnus s'ajoutent ça fait toujours du bien. Vers 3h on se disperse, certain pour aller boeufer, moi pour aller danser. Je ne connais pas les groupes qui jouent de 3 à 5h du matin mais c'est pas mal et je danse une bonne partie des danses. Une fois la scène officielle finie, je regarde la mise en place des boeufs en sirotant un verre de cidre. Je me tâte un peu mais au final je n'ai pas la foi pour danser et je rentre dormir à presque 6h, quand l'aube pointe.

Dimanche 17 juillet

Premier réveil à 9h, les gamins de derrière plient leur tente, la mienne est deja un four. J'entrouvre la porte, assez pour faire de l'air, pas assez pour être obligée de m'habiller, et je me rendors jusqu’à 11h. Au vrai réveil, tout le monde est autant dans les choux que moi. Un bout de pastèque et on se motive pour ranger les affaires de camping, ce qui est fait n'est plus à faire. V. m'aide à plier la 3 secondes tortue ninja. Au moment de la dernière vérification, je ne trouve plus mon téléphone. Un petit coup de fil de la seule personne qui a encore de la batterie plus tard il s’avère que la tente vibre, je l'ai pliée avec le téléphone dedans. Dépliage, repliage et enfin départ pour le festoche. Un petit tour des luthier, on déjeune (moi ce sera magret de canard). Un groupe breton à voir à 14h pour faire un rapport au Carambal, c'est pas mal, mais pas fou (et définitivement trop breton pour les parisiens). En plein cagnard avec aucune ombre sur la piste de danse il y a quand même des acharnés pour danser. Un dernier tour pour jeter une oreille à Manigale (et c'est vraiment pas mal), pour dire au revoir aux copains qu'on trouve et on prend la route à 15h04. La première heure de conduite est pour moi mais, trop crevée je ne tiendrai justement pas plus d'une heure. On écoute le dernier album de La Machine tout juste acheté hier sur le chemin.



Bouchons à Orléans mais pas ensuite. Sur 3h30 de route théoriques on en fera finalement bien 5. Arrivée à Paris crevé. Mon amoureux vient finalement me chercher. Resto japonais avec V&V avant de rentrer m'écrouler dans mon lit. Dodo.

Lundi 18 juillet

Réveil plus évident que je ne pensais. RAS au boulot. Ce soir je blogue et je scanne les 27 pages de l'acte de propriété de l'appart. Quand monMari rentre on fait de la musique ensemble. Comme on arrive pas à garder nos notes sur le truc qu'on tente de monter, on fini par sortir la shruti box et ça va tout de suite mieux. Théoriquement je devrais arroser mes plantes mais je n'ai pas la foi par la chaleur qu'il fait.

Mardi 19 juillet
Préparation de la réunion de CE de vendredi, l'ordre du jour est long comme mon bras. Au départ du boulot je me retrouve sur un trottoir en plein soleil, je souffre et je sers les dents, rien ne sert de passer sur le trottoir d'en face pour 200 m de marche, mais ça reste tentant. J'apprends qu'en Bretagne il fait 38°C, pour une fois qu'ils ont aussi chaud que nous. Dans le métro une dame panique et parle très fort car elle va sans doute loupe son train à Montparnasse (en fait je pense que non d’ailleurs). Train pour Plaisir, je lis. Repet de Pepper Road pour jouer au mariage de ma-pianiste-préférée. On est beaucoup moins rouillées que ce que je craignais. Elle m'offre un kebab (je n'en avait pas mangé depuis une éternité) que l'on mange tranquillement sur sa terrasse. Plus de trains semi-direct pour rentrer, ça veut dire 1h45 de transport en commun, joie. A l'arrivée, après deux grands verres de liquide frais monMari et Francoipedia me présentent le résultat de leurs travaux musicaux du jour. Il y a du bon et du à revoir. Même si j'essaye de formuler mes critiques avec tact, je vois le visage de monMari se fermer au fur et à mesure que je parle, ça sens la dispute tout ça. Mais en tout cas ce ne sera pas pour ce soir vu qu'il fait l'aller et retour pour ramener Francoipedia tandis que je vais dormir.

Mercredi 20 juillet
Toujours aussi chaud mais un peu moins beau, on pourrait avoir l'inverse s'il-vous-plais ? En rentrant à la maison j'essaye de relever le volet roulant pour avoir un peu d'air, les lames se séparent et je fini par avoir le haut du volet coincé dans la boite. A vrai dire ça fait plus de 6 mois qu'on à ce problème et qu'on doit faire 36 manipulations pour réussir à l'ouvrir, cette fois et vu qu'il faut de toute manière que j'ouvre la boite je décide d'essayer d'enlever la lame qui pose problème (et qui effectivement est fendue sur presque toute sa longueur). Pour reclipser le haut du volet avec le bas je devrais par contre attendre le retour de monMari car il faut être deux. Mais en tout cas voila le volet enfin réparé et la bourrasque d'air frais qui salue son rétablissement nous récompense amplement. monMari a ramené des fraises trop bonnes de chez le primeur, comme dessert c'est parfait. Je fini enfin de scanner les papier pour la banque et, miracle ! Je me couche tôt.

Jeudi 21 juillet
Au réveil je prépare mes bagages pour le festival de ce week-end. Je prévoie qu'il fasse tout aussi chaud que cette semaine comme ça... Je me rends compte que le festival de ciné en plein air de la Villette ou je me faisais un plaisir d'aller la semaine prochaine avec Sœur et son love est annulé "jusqu’à nouvel ordre". Si le nouvel ordre pouvait être avant mercredi prochain ce serai top. Entre le boulot et le Quiet je tombe sur le festival "fnac live" pas annulé lui (donc ses conditions de sécurités sont jugée suffisante, est-ce que deux barrières en fer blanc, une dizaine de flics et une vingtaine de vigile seraient suffisant contre un 25 tonne lancé à pleine allure, j'ai tendance à penser que non mais en même temps je ne vois de toute manière pas ce qui le serait), d’après le panneau c'est A-WA sur scène (mais en tout cas c'est bien) et je reste écouter une petite demi-heure. On se retrouve à 3 filles pour diner et on cherche à changer de resto dans le quartier. On fait chou blanc à "des gars dans la cuisine" parce que "on ne sert que dans 10 min", sérieusement il est 19h45 deja, et en plus vous ne me ferez pas croire qu'on ne pouvait pas s'assoir à une table et lire la carte pendant ces dix minutes. Pour une autre raison ce ne sera pas non plus le Café Breizh (c'est plein et on n'a pas réservé) mais la carte me fait de l’œil et je note pour la prochaine fois. Du coup on fini à Mezzomezzo, qui est de toute façon une valeur sure. Escalope citron-romarin et penne à la tomate pour moi, avec un verre de chianti pour ne rien gâcher. Soirée très sympas au Quiet, certaines chansons se décident au shifumi. Vers minuit je pars précipitamment suite à des texto de monMari qui me dit hésiter à emmener le chat aux urgences vétérinaires. Je rentre à la maison en un temps record pour la trouver nettement pas en forme c'est vrai (léthargique et n'arrivant visiblement pas à avaler sa salive) mais encore suffisamment réactive (elle se déplace, ne vomit pas et à mangé dans la journée) pour pouvoir attendre l'ouverture de la clinique. Je ne suis pas hyper rassurée mais je m'endors quand même sans trop de mal.

mercredi 20 juillet 2016

La vie pas à pas 2016 #28

Vendredi 8 juillet
Aller courage, c'est le dernier jour de la semaine. Ce soir nous serons 15 à la maison pour la deuxième veillée contée (en fait on ne sera finalement que 12). Vu la chaleur je prévois du frais avec de la menthe dans toutes mes préparations : tarte chèvre menthe, taboulet (en boite) et salade melon/fraises/menthe. A part des pizza qui ne seront d'ailleurs pas mangés, tous le monde à peu près a prévu comme moi. La soirée se passe bien entre lectures, blagues romancées pour l'occasion et contes mémorisés. Pour ma part je me lance pour la première fois sans papier avec un conte indien dont j'avais la cassette audio quand j’étais petite et qui me plais toujours autant qu'à l’époque (et j’épuise là mon très pauvre répertoire, il va falloir que j'en travaille d'autres pour la prochaine fois). La soirée finie je prépare rapidement mes bagages et rentre avec Vincent pour dormir dans son salon afin de grappiller une précieuse heure de sommeil demain matin (on part en covoit de chez lui). Je m'écroule sans hésitation sur le canap et dodo.

Samedi 9 juillet.
Réveil à 8h, départ à 9 (enfin on est un peu en retard donc pas vraiment). On fait un détour par le boulot de Wirggy pour récupérer deux micros qui nous manquent pour ce soir et c'est parti direction la franche comté. Un sandwich autoroute sur le chemin, le flash d'un radar pour ma pomme, nous partageons la route en deux et nous arrivons à presque 15h. C'est l'heure d'installer la sono et de faire la balance, la salle bien que grande, a une résonance très atténuée par les stocks de bois empilés sur le mur opposé, c'est clairement parfait pour nous sur le papier, sauf que... les enceintes qu'il y a sur place ne fonctionnent pas sur notre table de mixage. Après réflexion sur les solutions envisageables, nous empruntons la table de mixage de l'autre groupe pour faire un relais. Sauf que je fais un mauvais branchement. Et quand ça fait pffft et que de la fumée sort, on n'en mène pas large. 4 Pistes en panne sur 8 mais l'engin marche encore. Et en faisant les branchements correctement on a finalement du son qui sort. Reste à croiser les doigts pour que la réparation de la console ne nous coûte pas la totalité de notre cachet sur cette date. Le temps de se changer et d'enfiler une couronne de fleur (le thème du mariage c'est chapeaux et fleurs, comme ça on réunis les deux). Et on rejoint les invités qui commencent à arriver. Les mariés le sont en fait deja depuis janvier, il n'y aura donc pas de cérémonie mais l'après-midi commence avec le concert d'Ub_k sous les arbres du jardin. On boit de la très bonne bière, on fait des photos et on discute, le temps s'écoule lentement. Au moment de passer à table, nous ne savons pas où nous placer. Ne faisant pas parti des invités, nous ne sommes pas prévus sur le plan de table même s'il y a de la nourriture pour nous. Nous nous installons une petite table dehors décorée de quelques bougies et nous chantons entre deux bouchées. Si le plat de poulet birman (le marié est originaire de là-bas par sa mère) est servi rapidement, le plateau de fromage met bien plus longtemps à être accessible. Et pour cause, le père de la marié, ainsi que ses oncles sont fromagers et ont amené une bonne part de leur stock. Il y a, sans exagérer, une 50aine de fromages différents exposés le long des murs d'une petite pièce dont on fait le tour avec son assiette. Même en ne prenant que de tout petits bouts, il est complètement impossible de goûter à tous (d'ailleurs je ne finirais pas mon assiette). Bref le temps du fromage, du dessert et de quelques animations très sympas, il est finalement très tard quand c'est enfin notre heure de monter sur scène. Je n'ose pas regarder ma montre mais il ne doit pas être loin de 2h du matin. Ça fait deja deux heures que l'on se demande comment on va tenir le coup. Après je suis sans doute celle qui est la plus confiante, et j'ai tord. Arrivée sur scène ma voix sort complètement éraillée, y a quelque chose qui bloque et je n'arrive pas a retrouver une position vocale de confort, heureusement que l'on est sonorisés. J'essaye de rester calme car stresser n'aidera surement pas mais c'est plus facile à dire qu'a faire. Arrivé presque à la moitié du set que nous avions prévu, la salle s'est pas mal vidée (en même temps il doit être 3h du matin) et on estime qu'il est temps de demander aux survivants ce qu'il veulent danser et de faire à la carte. Ce qu'ils veulent c'est apprendre des rondes, qu'a cela ne tienne on laisse donc les instruments sur scène et on descend en mener quelques unes directement dans la danse. Et là, pouf, ma voix revient. Surtout ne pas chercher. A 4h, les derniers motivés jettent l’éponge, on décâble et on range. Je me prend une tisane, je me pose au coin d'une buche fendue en croix qui brule de l’intérieur (vous n'avez jamais vu ça ?), le temps de redescendre un peu. Puis direction notre couchage de fortune dans une des salles de la mairie.

Dimanche 10 juillet
La mairie n'a pas de volet. C'est donc le soleil rentrant à flots qui me réveille vers 10h. Petit-déjeuner, rangeage d'affaire, au revoir et merci. Les mariés sont contents et ça c'est cool. Départ à midi pour déposer Clémence et l'homme-aux-multiples-surnoms à la gare de Besançon (ils partent pour la Corse). On arrive pile 10 minute avant leur train. Première partie de route ma vielliste chérie me fait la conversation. Deuxième partie de route, seule et dans les bouchons, sans clim ni radio sous un soleil de plomb. Bon. Je chante de longues complaintes et travaillant les différentes matières de voix possible, autant s'occuper. Arrivée chez Clémence pour y déposer sa voiture, je dîne avec Patrick et Laétitia (qui ont de bonnes nouvelles (et ça fait plaisir)) et Gni et Leen. Le chat de Clémence est tout mou et pas très marrant. Leen a fait sa super tarte végé dont je ne pense jamais à lui demander la recette. Malgré le match de finale de coupe d'Euro, on n'entend personne s'exclamer des fenêtres (et pour cause, le match est aussi calme que le chat). Prudemment on reprend quand même le chemin de la maison avant la fin de la partie. L'autre raison éétant bien sur qu'après le peu de sommeil et les 11 heures de route du week-end, je fantasme de mon lit.

Lundi 11 juillet
Au boulot rien à signaler (à part du boulot bien sur). En sortant je passe faire quelques courses au magasin bio (les lentilles corail en libre service, c'est un peu un blague à doser, je repart avec 1,4 kg).  De retour à la maison je commence à scanner les papiers pour le dossier bancaire. Rien que le contrat de mariage c'est 12 pages et je ris jaune en découvrant que l'acte de propriété en fait 27 (bon celui-la je le garde donc pour plus tard). Mon amoureux rentre. J'ai fait juste une salade pour ce soir avec pâté et rillettes de maquereau. Par contre je n'arrive toujours pas à me coucher tôt.

Mardi 12 juillet
Programmation d'une réunion de CE pour la semaine prochaine, ça faisait beaucoup trop longtemps que nous n'en avions pas eu. En sortant du boulot j'ai répet avec les garçons. Parfois je bloque sur des trucs sans raison apparente et cette fois c'est le cas. Plus on insiste et plus je me décourage de ne pas y arriver, de retarder tout le monde avec mon incompétence, etc. Et plus je pense comme ça et moins j'ai de chance de parvenir à un résultat bien sûr. Il faut donc mieux poser le problème dans un coin et prévoir d'y revenir plus tard. Ça n'empêche pas d'avancer sur d'autres points. Je rentre pas trop trop tard (vers minuit). MonMari n'est pas encore là. Je me fait à manger. Échalotes fondues avec des champignons et blé. Très bon.

Mercredi 13 juillet
J'ai l'impression qu'on ne sera pas très nombreux vendredi au bureau. On me cloque des dossiers à suivre "au cas ou", mouais. Après le boulot je file à Versailles pour un bal folk. Comme je suis très en avance je traine un peu dans les magasins et ressort de la halle aux chaussures avec une paire d'escarpins bleus foncés hyper jolis. Je prends un verre de vin en terrasse en attendant monMari. Lorsqu'il me rejoint nous pensons dans un premier temps filer un coup de mains à l'initiation mais comme il y a plus de danseurs folk habitués que de débutants nous nous éclipsons pour aller manger dans un des très nombreux restaurants de la place carrée. Pour nous ce sera indien. On est servis en un temps record et mon biriyani de poulet est très bon. Je n'ai pas assez faim pour le finir mais j'embarque le reste pour un autre jour. Nous revenons pile-poil pour le début du bal. Je sais que les instructions c'est de faire danser les gens qui ne connaissent pas mais Accordzeam c'est deja un groupe sur lequel c'est difficile de danser pour un danseur confirmé alors inviter des débutants, c'est un peu compliqué. Néanmoins il y a du public qui se lance de plus en plus au fur et à mesure du set, si bien qu'on fini à faire le cercle circassien le plus bordélique que j'ai jamais vu (honnêtement je change 5 fois de cercle je crois, et me trouve trois fois sans partenaire). Des la dernière mesure éteinte, direction l'esplanade du château pour assister au feu d'artifice. Celui-ci a pour thème l'indépendance américaine (et en profite pour glorifier louis XVI, comme ci on ne savait pas qu'il a filé un coup de main juste pour le plaisir de faire chier les anglais). Mais si on excepte les blabla entre chaque salve (qui sont de toute façon rendu partiellement inaudible par la réverbération naturelle du lieu) le feu est superbe. Et, c'est la première fois que cela me saute aux yeux, il a vraiment été pensé auditivement, c'est à dire que les fusées ont été choisies pour les sons qu'elles émettent autant que pour leur rendu visuel, et ça c'est très chouette. De retour à la maison je suis crevée, mais ce n'est pas cette nuit que je dormirai bien car on a droit à un tir de feu d'artifice amateur pas loin de la maison entre 1 et 2h30 du matin et le son est assourdissant. D'autant que l'espacement entre chaque départ est aléatoire ce qui rend le truc très stressant.

Jeudi 14 juillet
Résultat ce matin on est crevés. On charge mes affaires de camping de ce week-end que l'on dépose chez V&V. Puis direction chez Florine pour déjeuner. Comme on vient d'apprendre qu'elle s'est couchée à 6h du matin, on s'attend à ne pas la trouver très fraiche elle non plus, et pourtant ça va. On visite son nouveau chez elle, tout petit mais absolument charmant, on discute, on se fait dessiner dessus (préparation de tatouages). On part se promener dans Montreuil, je découvre que mes nouvelles chaussures me font des ampoules et je fini la balade pieds nus. Tout en haut du parc on se chamaille gentiment sur où est tel parc et tel monument de Paris. De retour chez nous pour une petite heure c'est la sieste qui remportera la palme des activités, ça et préparer mon sac pour le week-end. Ensuite direction chez l'oncle et la tante de monMari à Ormesson pour diner d'un bon barbecue de viande marinée puis faire les 200 mètres qui nous séparent du parc où se tire le grand feu d'artifice de la ville. Pas évident de trouver une bonne place pour le regarder car l'endroit est plein de monde. Finalement on trouvera dans une pente herbue, la moitié du ciel est derrière un arbre pour moi mais celui-ci n’étant pas très feuillu, je vois les étincelles se disperser derrière ses branches. Moins impressionnant que Versailles mais quand même assez, le feu d'artifice bénéficie aussi de son cadre (on est mieux assis dans l'herbe que debout sur le goudron). Nous rentrons ensuite pour une tisane (laisser toutes les voitures sortir avant de dégager la notre). En surfant sur les news Joël nous parle d'une camionnette qui aurait renversé des gens à Nice. Et je trouve bizarre sur le coup que l'on parle d'un attentat pour un banal accident de voiture.

PS : n'ayant pas embarqué mon appareil photo avec moi cette semaine, ce article sera sans illustration (des photos on bien été prises du mariage par l'homme aux multiples surnoms mais je ne les ai pas encore récupérés). 

lundi 18 juillet 2016

La vie pas à pas 2016 #27

Vendredi 1er juillet
Pour le coup on ne se lève pas trop tard. Après avoir soigneusement fermé la maison (nous étions les derniers). Direction l'exploitation viticole de notre hôte à St-Macaire du bois pour recharger notre cave. La mise en bouteille s’étant faite hier, les grandes cuves sont vides et les palette sont pleines. On charge le coffre de caisses de vin, la voiture n’étant pas grande, on met la valise sur les sièges arrières pour faire de la place, et direction Montlouis-sur-Loire. Coup de bol la tante de monMari que nous allons voir est aujourd'hui en congé et après un déjeuner léger avec elle, nous l'amenons avec nous pour la visite du château d'Amboise. Nous choisissons bien sur la visite guidée par rapport aux audioguides, bien nous en prend car notre conférencière est passionnée et passionnante (ça va souvent ensemble) et que nous ne nous ennuyons pas une seconde durant les 1h30 que durent la visite. Le château en lui-même vaut sans contexte le coup d’œil, ainsi que la vue qu'il donne sur la ville.






En sortant c'est l'heure du gouter et mon ventre gargouille. Nous nous arrêtons dans une crêperie qui fait service continu et monMari et moi optons tous les deux pour une crêpe choco-banane (qui est excellente, les bananes revenues dans le beurre avant d'être ajoutées dans la crêpe). Un détour pour de la salade et des fraises puis retour à la maison pour préparer la fête d'anniversaire de l'oncle de monMari qui est aussi son parrain (et oui quand on va chez les gens, on a du timing). J'apprends a faire les crevettes curry - lait de coco (et c'est bon). Puis très vite les invités arrivent pour l’apéro. Le temps changeant nous fait faire plusieurs aller-retour terrasse-salon avec toute la pitance mais finalement on profitera quand même pas mal de l’extérieur. Même si l'on ne connait que très peu les gens, grandes et petites discussions nous font passer une soirée agréable.

Samedi 2 juillet
On a du mal à se lever et à s'extraire, si bien que suivre notre programme (qui consistait à rejoindre Clémence et Laétitia au marché de Loches) s’avère compliqué. Nous nous dirigeons donc directement vers la maison du week-end pour laquelle nous n'avons pas d'adresse exacte (parce qu'elle n'en a pas). S'en suit tout un échange de coups de fil et des tours laborieux dans le lieux-dit, bref, 20 bonnes minutes pour trouver la maison (on passe 4 fois devant la maison qu'un homme qui mange une crêpe dehors, il fini par nous regarder un peu bizarrement). Finalement nous voici dans la cour, je me glisse par la fenêtre pour ouvrir la porte à monMari (nan mais on a le droit d'être là hein, faut pas croire...) et m'offre une rapide visite. Les filles arrivent peu après avec le déjeuner (du poulet rôti du marché, miam). On fait manger et couche la petite L. pour la sieste, et après avoir mangé nous même, on sort les transat et les bouquins (c'est trop dur la vie). La maison et son jardin sont hyper agréables et je sens mon corps se détendre. V&V nous rejoignent bientôt et, après consultation des horaires, on se décide à aller visiter le logis royal de Loches. Après un coup d’œil à la collégiale nous nous dirigeons vers le logis royal pour la visite guidée de 17h, et nous retrouvons au donjon (et non ce n'est pas à coté), raté c’était dans l'autre sens. Nous faisons demi-tour presque au pas de course pour arriver tout juste pour le début de la visite. La guide bien qu'intéressante, me perds un peu dans les méandres de son discours et manque de tempo, ce qui fait que je me surprends à décrocher un peu. Petite L. s’éclate avec les cailloux de la cour. L’intérieur du logis est occupé par une exposition temporaire sur la chevalerie. Si ce n'est pas mon sujet préféré du Moyen-Age, force est de constater qu'elle est plutôt bien faite et que les pièces présentées, qu'elles soient d'origine ou des reconstitutions, si elles ne sont pas nombreuses, sont toutes pertinentes et intéressantes.


 
Une fois la visite finie, nous avons tout juste le temps de filer jusqu'au donjon pour le visiter avant qu'il ne ferme ses portes (le billet est valable pour les deux bâtiments). Une fois monté à l'une des tour, nous avons la flemme de monter à l'autre. Il y a des roses odorantes dans le jardin. Je me rend compte pour la première fois qu'il existe plusieurs odeurs différentes de rose. Nous découvrons le jardin des simples juste avant la fermeture ce qui ne nous donne pas le temps de l'explorer à fond.




Clémence nous retrouve pour prendre un apéro en terrasse en ville. Une ou deux petites chansons et la serveuse qui nous félicite quand on s'en va. De retour à la maison, une salade de chèvre chaud pour le diner. Direction un champ rempli de bottes de pailles rondes pour observer le soleil se coucher. C'est beau et on est bien. Wirggy et moi montons sur une botte de paille que les autres fond rouler. La propriétaire passe avec son chien et recommande de faire attention avec les cigarettes. En dessert c'est glaces artisanales trop bonnes. Discussion, musique et vin blanc. Laétitia, Vincent et moi irons jusqu’à 3h du mat et pas mal d'alcool dans le sang. Si bien qu'on se fera chacun râler dessus par nos moitié respectives parce que l'on n'a pas été d'une discrétion exemplaire (c'est le moins qu'on puisse dire) en rejoignant la chambre (sauf Laétitia dont le chéri est absent).

Dimanche 3 juillet
Réveil pas trop difficile. Une des caisse de vin acheté vendredi a été bue dans la soirée d'hier et je pourrais dire à Thibaut que son vin ne fait pas mal à la tête. On profite encore du dehors, et on joue au Molki. On déjeune tard. Le barbecue est bien difficile à démarrer et une fois qu'il a de la braise pour cuire 20kg de bidoche on découvre qu'il n'y a que 5 brochettes à faire griller. Je galère avec les pommes de terre nouvelles et ça me met de mauvais poil. Sous une pluie naissante on rentrer jouer au Linq. Une fois calmé. Les filles partent en promenade.

 
Petite L. s’arrête à chaque animal et chaque cailloux et Laétitia doit chaque fois changer de carotte pour l'attirer à notre suite. Il est deja l'heure de rentrer si on veut rendre la voiture de location à temps. Des bouchons, c'est certain qu'on aura du retard. Je monte toutes nos bagages à l'appart pendant que monMari se charge de la voiture. Je fini la soirée devant Once upon a time. Et je l’étire bien tard car je n'ai pas envie de retourner au travail.

Lundi 4 juillet
Dur dur le retour au boulot. Mes collègues ne m'attendaient que demain. Ils n'ont pas été débordés pendant mon absence mais je reviens dans le bon timing parce que là on va l’être. Je reste 1h supplémentaire. Sortie de boulot direction chez V&V, on s'enregistre la structure d'une valse à 5 temps en préparation et je fais des câlins à mon chat qui a l'air ravi de me retrouver. MonMari passe me chercher et nous ramenons la bête (qui le snobe) à la maison. Un arrêt à notre resto japonais préféré. Manger et dodo (mon mari à la migraine).

Mardi 5 juillet
Cela fait aujourd'hui 2 ans que je me suis mariée. Noce de cuir. MonMari donnant un stage de code, il part avant que mon réveil ne sonne et moi je rentrerai ce soir tard. Bon. Boulot encore bien corsé. Répétition des conteuses de pas. On révise les morceaux montés spécialement pour le mariage du week-end prochain (montarde, cercle circassien, branle coupé) et on décide quelles danses on fera en initiation. Malgré ma bonne volonté je rentre après minuit. Ce n'est pas encore cette année que nous fêterons notre anniversaire commun avec strass et paillette.

Mercredi 6 juillet
Boulot rien à signaler. Des rumeurs courent dans la boite, ça fais deux semaines que l'on n'a plus vu notre directeur (dont celle ou je n’étais pas la) et on sait qu'il n'est pas en vacances. Demain réunion d'information, voila qui devrait nous éclaircir. Ce soir dernier cours de chant indien de l'année. On devait dîner toutes ensemble mais celle qui nous reçoit est malade. Tant pis on se contentera d'un petit verre de cidre frais. D'autant qu'il fait chaud. Retour pas trop tard et diner devant youtube (mais c'est foutu on ne récupérera jamais notre retard).

Jeudi 7 juillet
Arrivée au boulot à 8h30 pour ne pas rater la fameuse réunion de 9h pile. Et bien m'en a pris, la nouvelle n'est pas piquée des hannetons. Notre directeur a donc été limogé car il a fait des choses qui "éthiquement" n'ont pas plut à notre actionnaire majoritaire. Nous avons une directrice par intérim pour quelques mois et à la sortie de l’été nous allons changer de locaux. Ah oui quand même. Derrière ça l'entreprise bruisse d'excitation mais il faut quand même s'y remettre (au boulot). Je devais partir à l'heure mais je ne pourrais pas. J'appelle la banque pour reculer mon rendez-vous. J’expédie mon machin et je cours. Après un mic-mac de dossier à créer, je repars de la banque avec le projet lancé et une liste longue comme le bras de papiers à fournir. Malheureusement je dois reprendre le métro juste à coté de la fan-zone de l'euro. Outre la foule qui me fait lutter pour atteindre l'entrée, un abruti fini lance un pétard dans la descente d'escalier juste à coté de mon oreille, j'ai mal et ça siffle. Direction Bruyère-le-chatel chez mes beaux-parents pour fêter en retard la fête des père. J'y trouve le père et le fils qui font la tête parce que le petit fils les snobe. En commençant à manger dehors on se fait attaquer par une horde de moustiques, si bien qu'on fini par se replier pour prendre le dessert à l’intérieur. En rentrant chez nous par la N20 on croise plusieurs groupes de supporter de foot beuglant avec des drapeaux sur le bord de route et des voitures qui klaxonnent en pleine ville a presque minuit. Je crois que la France à gagné son match.

lundi 11 juillet 2016

La vie pas à pas 2016 #26

Vendredi 24 juin
Ce matin la grande nouvelle c'est le brexit. Honnêtement je ne suis pas une franche europhile donc j'ai du mal a voir ça comme une catastrophe. Mais j'assume de ne pas comprendre vraiment les enjeux du truc. Du coup je me renseigne un peu (des fois qu'on me demande mon avis), or autant en France l'Europe est vue comme une institution qui force à plus de libéralisme et moins de social, autant apparemment en Angleterre c'est l'inverse, les partisans du brexit (si on exclu l’extrême droite qui a fais sa campagne sur l'immigration, sans grande surprise) l’étaient car il trouvent que l’Europe régule trop le libéralisme et impose trop de social (keuf keuf). En conclusion donc, aucune raison de se réjouir, ce n'est que l'aiguillage vers une Angleterre plus fermée sur elle-même identitairemment et moins favorable à ses citoyens les moins fortunés. En sortant du boulot, direction la maison pour charger le chat et ses affaires. Puis vers chez V&V pour amener la bestiole en garderie. A peine sortie de sa boite elle passe en mode exploration et nous snobe. monMari part chercher la voiture de location alors que je pars avec V. chez Rominou et Fanfan. Les deux fêtent leurs anniversaires et leur pacs. La soirée est plutôt sympas et quand je m'avise de rentrer vers 1h30 du matin je me rend compte que monMari a qui j'avais dis que je pensais rentrer tôt, m'a bombardé de textos de plus en plus angoissés. Le temps de le rassurer, puis je rentre. Le pauvre n'a pas dormi trop inquiet pour moi et le réveil sonnant à 7h, on ne va pas être en forme.

Samedi 25 juin
Effectivement c'est dur de s'arracher au lit pour préparer nos affaires de vacances. monMari s'en sort bien mieux que moi sur la première demi-heure. Puis, une fois que je suis passée sous la douche la tendance s'inverse et c'est moi qui doit le motiver. Sans surprise on est en retard au déménagement pour lequel on doit aider. Cela dit une fois sur place on est assez efficaces même si le voisin de la copine s'indignent que ce soit les femmes qui portent (et non ce n'est pas une vieux monsieur, mais quelqu'un de mon âge qui n'a donc même pas l'excuse du décalage générationnel). Vers 11h30 on a fini de charger, c'est parti direction la Normandie pour la livraison. Deux heures de route plus tard on déjeune tranquillement sous la véranda avant de décharger puis de s'installer pour passer un week-end tranquille. Il ne fait pas assez chaud pour la piscine mais on installe des palettes pour le feu de St Jean du soir (tant pis si ce n'est pas exactement la bonne date).



 
Après l'arrivée de nos derniers comparses nous prenons le chemin du village, pour assister à la fête de la musique qui se fait ici avec un peu de décalage. La maison est assez isolée donc ça nous fait une bonne marche de 3/4 d'heure pour atteindre l’école communale ou ça se joue. A notre grand dam il n'y a pas de bière au bar de enlèvement, le cri de désespoir d'Hervé convainc l'organisateur de nous vendre quelques canettes de panaché, et je me rend compte que raconté comme ça fait franchement poivrots. Question musique il s'agit essentiellement de jeunes groupes avec des répertoires de reprise. Et on tombe justement sur le créneaux de ceux qui ne font que des reprises de rock des années 90. Une aubaine pour Florine et moi qui faisons bouger nos cheveux en rythme avec grand plaisir. Du coup on reste un peu plus longtemps que prévu et on prend un peu de retard sur le barbecue du soir, mais bon c'est les vacances. Il y a beaucoup trop à manger comme souvent. À la nuit tombée on allume le grand bucher (avec difficulté, il faudra mettre de l'essence pour que finalement ça flambe, trop d'humidité). La soirée se termine doucement et pas trop tard, les vacances commencent bien.



Dimanche 26 juin
monMari vient me réveiller vers 10h30, pensant très justement que je ne veux pas dormir si tout le monde est debout et que si on me laisse faire, je vais roupiller jusqu’à midi passé. Matinée jeux de société dont un 7 Wonders dehors avec les cartes qui s'envolent. Au déjeuner c'est de la langue de bœuf, ça fait un moment que je n'en avais pas mangé. Comme on a deux heures de route pour notre prochaine étape, on ne s'attarde pas trop au sortir de table. Direction Gavray, ou plus précisément St-Denis-le-Gast pour visiter Mark et Pauline. Bien que l'on débarque chez eux à la pire période de l'année (ils sont tous les deux prof en collège et changent tous les deux de poste l'année prochaine donc entre les corrections de brevet et les préparations de leurs nouvelles classes, leur mois de juin est assez sportif), ils nous accueillent avec plaisir et enthousiasme. On visite leur nouvelle maison et leur impressionnant jardin, et, entre le gouter et le repas, on prend la voiture pour aller voir la mer à 15 minutes de route, derrière les prés salés où les moutons broutent sans se soucier de nous.


 
Diner picard et discussions toujours intéressantes. Comme ils bossent demain il faudra se lever, nous ne sommes donc pas sensé nous coucher trop tard, sauf qu'ils ont en comics la saison 8 de Buffy contre les vampires et que ni monMari, ni moi ne pouvons nous retenir de les lire jusqu’à 2h du matin.

Lundi 27 juin
Par voie de conséquence, le réveil pique un peu. Après un petit déjeuner toujours aussi sympas nous prenons la route de la Bretagne, 2 heures de voiture jusqu’à Erquy. Nous arrivons alors que la maison est vide mais j'ai les clefs. Je fais le lit puis je m'y pose pour une sieste petit-déjeuner, oui la nuit était courte quand même. Après un déjeuner tardif, c'est au tour de monMari de s’écrouler de fatigue pendant que je bouquine tranquillement. A son réveil nous partons faire un tour le long du port. En profitant des soldes pour lui chercher des chaussures, nous finissons par lui acheter une veste doublée de mouton tout doux. Nous rentrons en montant les escaliers nouvellement construits pour monter sur le cap (c'est un beau détour). Au sommet nous conseillons des neerlandais perdus bien loin de leur camping.

 
Après diner Pôpa s'installe pour regarder le match pendant que le reste de la maisonnée part s'offrir une glace au port. Difficile de trouver un resto qui servent à 22h quand ce n'est pas encore les vacances scolaires. Nous finissons au Quai Ouest qui reste ouvert tard car il... diffuse le match. Ironie quand tu nous tiens. Cela dit ma coupe dame blanche est excellente donc je ne me plaint pas. Après une petite marche digestive jusqu'au bout du quai, nous rentrons pour une nuit bien méritée.

Mardi 28 juin
Première vrai grasse mat des vacances, je me lève tranquillement vers 11h. Pour parfaire son nouveau jardin, Pôpa a étalé sur les endroits sans plantes des cosses de sarrasin en guise de paillage, restes du moulin d'un de mes oncle. Le sarrasin est une plante de terre pauvre et il semble que toutes les coques n'aient pas été parfaitement broyées. Résultat, il y a du blé noir qui pousse dans les plates bandes et je prend un peu de temps pour en arracher toutes les petites pousses que je vois. Après déjeuner, j'ai envie d'aller à la mer mais coté belles plages et non coté port. MonMari m'accompagne et nous coupons par les landes, enfin coupons c'est tout relatif car arrivé la-haut, nous prenons nos décisions de direction un peu aléatoirement, comptant que c'est le chemin et non vraiment la destination qui importe. Il fait beau et on en profite pour mettre les pieds dans la mer (même si elle est bien trop froide pour s'y mouiller en entier).







Pour l’apéro je goute le whisky étrangement clair de Pôpa, tourbé mais pas fumé, je ne m’étonne pas vraiment qu'il ai eu un tel succès que la bouteille soit presque vide. Après diner, Môman part pour un stage de modelage avec cousine Katell tandis que nous jouons au billard russe de Pôpa. Je gagne une des parties à ma très grande surprise. Aucun de nous n'est un grand maitre à ce jeu, ce qui est toujours mieux pour passer un bon moment. Couché un peu tard (mais toujours plus tôt que les trois quart de mes soirs).

Mercredi 29 juin
Après un réveil un peu mou et une préparation à notre rythme, nous prenons la route pour Nantes. Un arrêt au MacDo sur la route (oui je sais c'est mal) et nous arrivons chez la copine danseuse pour l'heure du café. Une fois celui-ci pris direction le centre à pied, premier arrêt aux Machines de l'île. Nous avions deja visité les installation il y a 4 ans de cela mais bien sûr depuis ça à changé. Le projet du carrousel des fond marins que nous avions vu en réflexion et en conception est depuis complétement achevé et c'est vers lui que nous dirigeons nos pas (après un salut à l’éléphant).


 
Comme c'est mercredi, un tour acheté nous en donne un offert, si ça c'est pas de la chance. Après une soigneuse observation, nous optons pour un sous-marin des abysses pour le premier tour, et la tête d'un dragon des mers pour le second. A notre sortie du dragon, l'un des encadrant nous félicite. Apparemment nous avons été des marionnettistes corrects sur ce second tour (il faut dire que l'on s'est coordonnés).



 Nous quittons ensuite l'ile de Nantes pour la gare maritime ou une navette nous emmène en 10 minutes jusqu’à Trentemoult, un petit village situé sur l'autre rive de la Loire constitué de petites maisons de pécheur aux murs colorés accolées les unes aux autres, l'endroit est charmant. Ça sent le marché bio et les cours de shiatsu. On quadrille l'endroit à pied pour tenter d'en résoudre les mystères avant de prendre la route du retour au centre ville.



On cherche un resto dans le quartier qui en regorge, avec personne qui veux se décider et monMari qui s'impatiente vu qu'il a mal au pied, ça menace de tourner au drame avant que l'on se décide pour la crêperie La Fleur de sel. L'endroit est tranquille (il faut dire que les crêperies ne manquent pas dans le coin), et pas encore testé par nos hôtes du jour. C'est bon mais pas exceptionnel non plus. Même si je ne suis pas la plus apte à juger car je ne mange qu'une galette (oui bon j'ai pris la plus copieuse de la carte) avec pas mal d’ingrédients posés sur la galette et non dedans. Comme on a tous trop mangé, on fait le chemin du retour à pied pour digérer et on fini la soirée par une tisane.

Jeudi 30 juin
Même si on étaient résolus à se lever vers 10h pour partir vers 11, tout se décale à peut prés d'une heure si bien que nous sommes obligés de prendre l'autoroute entre Nantes et Angers pour ne pas arriver en retard à notre rendez-vous pour déjeuner. En arrivant en bas de l'immeuble, la tête de Catherine nous accueille du premier étage, signe que nous sommes à l'heure. Comme je m'y attendais un peu son appartement c'est un peu la caverne d'Ali baba du trad. Plein de bouquins, d'instruments, de vinyles, de CD et de cassettes de collectages. Mais tout est rangé et l'on peu circuler sans problème. Nous déjeunons de produits frais du marché de ce matin sans que notre hôtesse ne nous accompagne de plus d'un verre de vin (elle ne déjeune jamais le midi) et nous parlons musique bien sûr. Je note plein de références de vinyle à acquérir et Catherine nous en offre un sur lequel elle a travaillé comme cadeau de mariage "en retard". Puis il est l'heure de partir pour Messemé. Le diner est prévu avec des copains viticulteurs dans le coin. Nous essayons de passer les voir au moins une fois par an, et nous voyons régulièrement avancer les travaux de leur grande maison, et grandir leurs filles. Le diner et très sympas, nous nous racontons nos vies toutes aussi débordées mais pourtant si différentes. Comme ils retravaillent tous deux demain matin (et tôt). Ce sera sans doute le jour où l'on se couchera le moins tard, cela dit, je me retrouve quand même à étendre une lessive de vêtements d'enfant en discutant dans la buanderie à 23h passé.